Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/babarland/www/dame2pique/config/ecran_securite.php on line 302
Bad run... - Dame2Pique

Bad run...

Alea jacta est !
jeudi 25 février 2010

Un jour sur une room online de poker, tu as pensé qu’un petit malin contrôlait les cartes depuis son méchant ordinateur de hackeur, tellement tu t’étais pris de bads... Un complot, un piratage, la mafia ? Prenons le tel César traversant le Rubicon,... avec philosophie !

Alea jacta est !


Le sort en est jeté ! En voici la définition par Wikipédia : l’abandon de l’individu au hasard, aux évènements sur lesquels il n’aurait aucune emprise. Mais une autre interprétation aurait pour signification que l’auteur choisi de prendre un risque en précipitant les évènements, même si il n’en est pas totalement le maître il prend en main sa vie, (ou ses cartes :p).
La première interprétation est fataliste alors que la seconde est une apologie du libre-arbitre.
Voilà, tout est presque dit.


En tant que joueurs de poker assidus, on a tous assimilé la part de hasard, au mieux nous essayons de faire pencher sa fatale courbe en notre faveur sur le long terme, au pire, nous le blâmons des fâcheuses conséquences qu’il nous a infligées.
Moi aussi j’ai déjà perdu 20 coups sur 25 à la suite en étant "favorite" preflop, des fois juste à 51%, d’autres fois à 70, à 80, voire même à 99% ! Et puis juste après, AA va se montrer 4 fois à la suite dans le même sit and go double or nothing où tu n’en as même plus besoin tellement tu as pris de l’avance.
That’s Poker.
Si nous ne nous sentons pas capable d’accepter cet aléa, il est peut-être préférable de se tourner vers une variante moins "risquée", où le facteur chance nous coûte moins, en chips et en sueurs froides, voire en colères noires ou en tilts suicidaires. Pourquoi pas en limit ? si nous pensons tellement être fin stratèges et techniciens du jeu, pourquoi ne pas s’orienter vers un jeu plus mathématiques ?


Il ne faut pas se leurrer, beaucoup de joueurs mettent leurs échecs sur le dos de la malchance. Si nous nous écoutons, nous aurions tous gagné.... "sans ce joueur", "sans cette river" etc. Avec des Si,..., si le vilain n’avait pas callé avec 7 et 2 on ne se serait pas pris un full floppé contre AA, mais il a le droit d’exister le vilain, il fait ce qu’il veut avec ses cheveux.
Libre à lui de joueur "mal" et que vous le payiez. Vous saviez que même en jouant AA c’était pas du 100%, le jeu n’est pas interdit aux débutants ni aux fous qui ont la prétention de ne pas jouer LE vrai poker, celui que vous prônez.
Parfois, c’est vrai... sur le moment... on aurait gagné... sans le call incroyable du débutant lambda qui carrément ne comprend même pas à la fin qu’il a gagné le coup... C’est rageant...
Mais sur un an de milliers de mains jouées sur le net ou sur 10 ans de tounois lives ? Où en sont nos stats ?


Si nous continuons donc à nous écouter, 80% d’entre nous sont victimes d’injustice, si ces 80% allaient jouer en limit, gagneraient-ils tous ? Non, parce qu’il y a toujours le fameux hasard. Est-ce que pour autant 60% seraient gagnants ? non plus... Parce qu’il n’y a pas autant de gagnants de toutes façons, et qu’on ait de la chance ou non ne fera pas de nous un joueur gagnant sur le long terme. Il faudra bien se démarquer autrement...


Alors arrive un moment où on se dit que nous... en y réfléchissant bien, on ne met jamais de bads pareils aux autres, ok une dame par ci par là qui donne brelan sur les As du vilain, bon... mais on a jamais de full 84 ! Ben c’est normal, on ne les joue pas
C’est dommage le flop affiche 844 ? Ce n’est pas parce que le Vilain a touché que la valeur de cette main augmente et qu’on sera gagnants avec en la jouant plus souvent...


Ces coups durs, bien sûr, sont encore plus durs à encaisser lorsqu’ils surviennent en nombre, et sur la durée. Il faut bien sûr privilégier une petite pause, même si notre jeu n’est pas forcément à revoir, juste pour les nerfs, juste pour se laisser respirer...
Mais l’envie de se refaire est immense, parfois insurmontable.
Il faut modifier son comportement en l’ajustant à ses envies et ses responsbilités. Sans pause, il faut parfois baisser de limites, AVANT que la bankroll ne soit dans le rouge total ou carrément vide (plutôt que de ne pas bouger ou pire d’en monter ! !)


Si vous restez persuadés que Gus Hansen ou Phil Ivey ou Annette (je cite une fille quand même^^), sont là parce qu’ils ont une bonne étoile ou un grigri efficace, mettez-vous aux échecs, et là... plus d’excuses !

Bon, sur ce je vais poster mon énième bad sur facebook muahaha !


Commentaires  (fermé)